23/08/2016

Manifestation

ob_b209fb_29-09-16-bruxelles.jpg

07:30 Écrit par Le Bureau de la CGSP-CHU dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/07/2016

Absences pour maladie après 62 - 62,5 - 63 ans

Un agent statutaire ne peut être déclaré définitivement inapte pour maladie ou invalidité avant d’avoir épuisé la somme de ses congés de maladie, en ce compris le congé à la suite d’un accident du travail, d’un accident sur le chemin du travail ou d’une maladie professionnelle (A.R. 19.11.1998 en bas, art.48).

 

L’article 83, §3 de la loi du 5 août 1978 de réformes économiques et budgétaires prévoit cependant que le personnel qui a atteint l’âge de 62 ans (62,5 - 63, voir schéma ci-dessous) est mis à la retraite d’office le premier jour du mois qui suit celui au cours duquel, sans avoir été déclaré définitivement inapte, il compte, depuis son 62ème (62,5 - 63, voir schéma) anniversaire, 365 jours calendrier (ou 548 jours pour les invalides de guerre) d’absence pour maladie.

 

Schéma

 

62 ans à partir du 1er juillet 2016

 

62 ans et 6 mois à partir du 1er janvier 2017

 

63 ans à partir du 1er janvier 2018.

 

Vous ne perdez pas soudainement votre capital congé de maladie une fois atteint cet âge. Le délai de 365 (ou 548) jours est comptabilisé séparément par les services du personnel. La mise à la retraite se fait automatiquement si cette limite est atteinte. Ce délai ne doit pas être continu : chaque période de maladie à partir de cet âge est comptabilisée et ajoutée aux autres. Les jours de maladies sont bien entendus déduits de votre capital congé de maladie accumulé précédemment. Si celui-ci est épuisé, la mise en disponibilité pour maladie est toujours d’application.

 

Pour le calcul du délai de 365 (ou 548) jours, n’entrent pas en considération :

 

les absences dues à un accident du travail, un accident survenu sur le chemin du travail ou une maladie professionnelle

 

les demi-jours d’absence pendant lesquels l'agent est autorisé à s'absenter en exécution d'un régime réglementaire de prestations réduites en cas de maladie ou d'infirmité.

 

 

12:24 Écrit par Le Bureau de la CGSP-CHU dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Hommage au président du CHU de Liège Jean SEQUARIS par l'Administrateur délégué Julien COMPERE.

13653147_10153596501071906_5830465549556171849_o.jpg

Jean Sequaris, le président du CHU de Liège, est décédé vendredi. Il était âgé de 69 ans. Il avait lutté avec une ténacité incroyable contre la maladie. Il a fait sienne la devise de John Cockerill : « Courage to the last » : il a été courageux jusqu’au bout, suivant encore les dossiers du dernier Conseil d’Administration.
Il a assuré deux présidences au CHU de Liège : de 1993 à 2001 puis de 2006... à aujourd’hui. Ses présidences auront été marquées, outre un engagement au quotidien au service du CHU à la disposition duquel il a mis son immense intelligence et son réseau professionnel, par sa participation à trois dossiers importants : le redressement des finances de l’institution, la fusion avec l’hôpital Notre-Dame des Bruyères et la finalisation du dossier primordial et novateur du CIO-Unilab. « Il suivait les dossiers de l’hôpital avec une très grande attention, assurant même l’interim entre deux gestionnaires, pointant de suite et discrètement les éventuels points de faiblesse d’un raisonnement, explique Julien Compère, Administrateur délégué. Sa grande connaissance des mécanismes financiers lui permettait d’insister sur les lignes de force des projets et cela dans une totale loyauté. Jean Sequaris construisait des ponts plutôt que des murs. Il a été un grand président du CHU de Liège".

 

12:15 Écrit par Le Bureau de la CGSP-CHU dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30/06/2016

Maggie De Block débloque ! Elle s’en prend aux travailleurs de la santé !

w.jpg

Le Gouvernement Fédéral attaque encore une fois les travailleurs ! Aujourd'hui, c'est Maggie De Block, Ministre de la Santé, qui s'en prend aux travailleurs de la santé dans les secteurs fédéraux (hôpitaux, soins à domicile,…). Elle vise à relever l'âge de 45 à 46 ans pour bénéficier de la dispense de prestations de fin de carrière. Les travailleurs dans les secteurs de la santé perdraient ainsi 1 jour de congé par mois, appelé "jours des vieux".

 

En 2005, à l'instauration de cette mesure, l’objectif commun (y compris du gouvernement) était, qu’en "allégeant la charge du travail en terme de durée, la dispense de prestations de travail peut incontestablement inciter le salarié à rester au travail plus longtemps. Dans certains secteurs comme celui des soins de santé, cette mesure permet d’alléger la pénibilité du travail et de combler de cette manière le déficit de personnel qualifié".

 

Les métiers dans la santé ne sont toujours pas reconnus comme métiers lourds ou pénibles. Pourtant, nombreux sont les travailleurs de la santé qui ont des pathologies liées à leur profession comme le stress, les problèmes de concentration, des difficultés liées au travail de nuit, de l’invalidité… 1 infirmier sur 4 tombe à un moment ou l'autre dans sa carrière en burnout ; 1 sur 3 pense quitter la profession ; beaucoup passent à temps partiels pour pouvoir tenir le coup...

 

La loi Peeters, le relèvement de l'âge de la pension de 65 à 67 ans, l’intensification du travail via le raccourcissement de la durée d’hospitalisation,… autant de mesures qui rendent la fin de carrière à temps plein quasi impossible ! La dispense de prestations de fin de carrière est donc une réponse indispensable à l'augmentation de la charge de travail dans les secteurs de la santé et participe donc aussi à la préservation de la qualité des soins fournis aux patients.

 

Pas question de démanteler ce système. Au contraire, vu l’allongement de la carrière, il faudrait prévoir un dispositif complémentaire à partir de 60 ans. Ensemble, disons "NON" à la Ministre de la Santé, Maggie De Block !

00:27 Écrit par Le Bureau de la CGSP-CHU dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/06/2016

Action du 21 juin 2016 à Bruxelles.

13427762_10207902406812082_6279792762988872167_n.jpg

21:25 Écrit par Le Bureau de la CGSP-CHU dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/06/2016

POUR NOS PENSIONS , NE BATTONS PAS EN RETRAITE

Le Ministre Bacquelaine présentera, mardi prochain, au Comité A, son projet de loi relatif à la pension « mixte » dans les services publics.

 

Les agents des pouvoirs locaux et des O.I.P. sont particulièrement visés par cette mesure qui aura de graves conséquences sur le calcul de leur pension.

 

Nous appelons tous les délégués, militants et affiliés à se rassembler le même jour 21 juin à Bruxelles à 08h45, Place Fontainas pour nous rendre au cabinet des pensions et ensuite nous diriger vers la rue de la Loi.

 

Le déplacement s’effectuera en train au moyen de rail-pass. Le rendez-vous est fixé à la gare des Guillemins dès 06h45.

 

Il convient, comme d’habitude, de s’inscrire pour le lundi 20 juin à midi au plus tard, auprès de notre secrétariat (Martine 04/221.97.77 ou Lucia 04/221.97.76).

 

                                                       Luc HAKIER

                                                      Secrétaire régional

 

Lire le tract ici : Tract 21-06-2016

22:48 Écrit par Le Bureau de la CGSP-CHU dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/06/2016

20 jours de congé de naissance pour plus d'égalité

"Un cinquième des pères ne prend pas de congé naissance. Pour expliquer ce choix, ils invoquent trois raisons : la pression de la part de l’employeur, la crainte d’être mal vu par ses collègues et la peur de passer à côté d’une potentielle promotion."

20 jours de congé de paternité. C'est ce que la FGTB souhaite. Via un congé de naissance de 10 jours obligatoire afin d’enlever la pression exercée sur les travailleurs pour qu’ils renoncent à ce congé. Et prolongé d'un congé de naissance de 10 jours facultatifs, à prendre librement à partir de 3 mois avant la date d’accouchement présumée jusqu’à six mois après la naissance. Aussi pour les demandeurs d'emploi.


20 jours pour plus d’égalité entre les hommes et les femmes


Des études démontrent que la période après l’accouchement constitue le moment privilégié pour adopter de bonnes habitudes au sein de la famille.
 

« Etre absent dès le début de la vie renforce immédiatement la répartition classique des rôles »
 

Au-delà de l’attachement à l’enfant, la présence du père et le fait que les deux parents prodiguent des soins au nouveau-né va permettre de sortir du piège de la répartition classique des rôles (la mère en faisant plus que le père), qui une fois installé est souvent très difficile à changer.
 

Il est nécessaire que les pères assument plus de tâches de soins dans le ménage et à la naissance de l’enfant, si nous voulons viser à plus d’égalité entre les hommes et les femmes. Ce changement de mentalité ne peut se faire que grâce à la présence du père pendant les premières semaines, et donc via une prolongation du congé de naissance.

 

Propositions de la FGTB


La FGTB plaide en faveur d’un congé de naissance de 20 jours.
 

  • Les 10 premiers jours sont obligatoires et à prendre dans le mois qui suit la naissance.
     
  • Les 10 jours suivants sont à prendre librement à partir de 3 mois avant la date d’accouchement présumée jusqu’à six mois après la naissance.
     
  • Pendant la période de congé, il ne peut pas y avoir de perte de revenu. L’employeur paie le salaire ordinaire la première semaine et paie ensuite un complément à l’allocation AMI.
     
  • Pour ce qui est du congé de maternité aussi, nous maintenons notre revendication qu’il ne peut y avoir de perte de revenus. Une grossesse ne peut donner lieu à des discriminations. La FGTB plaide toujours pour le maintien intégral du salaire pendant la période complète du congé de maternité.
     
  • Les demandeurs d’emploi doivent eux aussi avoir droit au congé de naissance. À la suite des contrôles de disponibilité poussés, la naissance d’un enfant, ou les soins demandés les premières semaines, peuvent leur coûter cher.

14:07 Écrit par Le Bureau de la CGSP-CHU dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |